WINTER RENCONTRE 2020

C'est lors d'un froid dimanche d'hiver qu'est donné le rendez-vous, à 10h précisément. Après une longue lutte acharnée avec moi même, je me décide enfin à sortir de mon lit bien chaud... La journée était chargée, entre le Cars & Coffee, le rassemblement devant les Invalides et cette rencontre. Étant piéton, je ne peux en choisir qu'un seul. J'ai finalement choisi d'aller jeter un oeil au club 912 France.

J'arrive devant l'entrée du parking, je vois y entrer quelques Porsche... pas de doutes, je suis au bon endroit. Après avoir fait le tour de la zone, je ne trouve pas d'entrée piéton pour accéder au parking, donc je m'engage par l'entrée véhicule. Le rdv était donné au 4ème sous sol. Au fur et à mesure que l'on descend, le bruit des moteurs résonne de plus en plus fort, quel plaisir ! Il y a déjà pas mal de monde. Au même moment que mon arrivée, une magnifique 964 Carrera 2 qui se gare attire mon attention.

Comme on peut le constater, elle n'est pas totalement d'origine. Elle est assise sur des jantes BBS RS en 18 pouces, grâce à des combinés filetés, des écopes d'aire type RS, et un centre de pare-choc arrière US. Du côté du bruit, la ligne a été changée, et du côté du confort, elle possède des Recaro A8.

Pour la petite annecdote, Magnus Walker avait conduit la voiture lors de sa première visite à Paris, et c'est la seconde trappe qu'il a signé, car la première a cassé (mais est dans un cadre à la maison, précise le proprietaire).

On peut penser qu'un parking n'est pas le meilleur endroit pour faire des photos. Certe, c'est un endroit compliqué, il y a une faible lumière, et le fond n'est pas toujours très beau. Néanmoins, cela permet, d'une part, de faire ressortir la profondeur des  couleurs, et d'autre part, de donner une forte ambiance unique aux photos. En tout cas, j'ai bien aimé l'exercice et je suis plutôt satisfait du résultat.

Je repère dans un coin une petite 912 "isolée" des autres, voilà une bonne opportunité pour faire quelques photos. Il s'agit d'une 912 de 1968 swb, et elle est matching numbers me dit son proprio. Il me raconte qu'elle vient des USA. Elle n'a jamais été restaurée et soudée, juste une peinture neuve il y a 5 ans, mais mis à part ça, elle est dans son jus ! La swb fût produite de 1965 à 1968. C'est en 1969 que Porsche décide de rallonger le châssis sur les 912 et 911 qui ont suivies.

" À la base, j'étais fan de la 356 et de la mythique ligne de la 911, hors la 912 réunit les deux univers, le moteur de la 356 dans un corps de 911. Elle est aussi beaucoup plus simple à entretenir, car son moteur est très courant " me dit-il.

Je vous laisse admirer son petit bijou :

Passons maintenant aux 944 et 924. La rouge au centre est une 2L 125ch de 1980, développée par VW et Porsche dans les années 70. Avec la crise pétrolière VW abandonne le projet et Porsche le reprend  entièrement pour son compte. 

"Je l'ai trouvé au fond d'un garage où elle a dormi pendant 12 ans, je l'ai rafraîchie et redémarrée. J'ai roulé un peu comme ça mais j'avais envie de la rendre à mon goût. Exit les jantes en 14'', elle est maintenant posée sur des Fuchs en 16'' de 911 SC, rabaissée avant et arrière.  Elle fait maintenant 135-140cv après avoir changé le boîtier papillon et mit une ligne inox. Puis j'avais envie qu'elle soit vraiment unique, alors j'ai créé la déco. Je voulais un look vintage 70-80 ".

A côté, une autre 924 bordeaux, avec la même configuration, hormis les stickers.

A gauche, une 944 phase 1, 2.5 de 1982. C'est un modèle français, une troisième main, peinture blanche d'origine, jantes Fuchs 16'', intérieur " tennis  Alpinweiss". La couleur blanche fait ressortir ses galbes de la pénombre, ce qui dévoile une silhouette musclée !

Le plateau est plutôt varié, avec une 812 Superfast, ainsi qu'une Pontiac Firebird 400 avec le compteur sur le capot. Il y avait également une Karmann Ghia de 1963 importée de Californie. Elle vient avec son lot de modifications, comme une peinture brûlée par le soleil, et homogénéisée avec un chalumeau et de l'acide sur le toit. Suppression des amortisseurs à l'avant, pose d'un kit air de chez Feust, jante radar réplication Nankang, moteur 1600 double admission, histoire de ne pas passer inaperçu. Bref une belle préparation ! En tout cas, j'aime beaucoup ce mélange de couleurs, de générations et cultures (italienne, américaine, allemande...)

Ici, une 912 de 1967, avec moteur d'origine, 90cv, option boîte 5 et jantes fusch. D'origine Italienne, la peinture a été refaite en 2018. Son propriétaire me raconte qu'il a beaucoup voyager avec à travers la France, mais aussi la Suisse, la Belgique, l'Allemagne... Ce qui est plutôt une bonne nouvelle de voir que la mécanique d'origine tient le coup !

Elle est la première à avoir rejoint le club, après les deux 912 des créateurs du club bien sûr.

Bon, l'heure tourne, et quelques véhicules commencent à partir, ce qui libère des places et crée de nouvelles perspectives. J'en profite également pour faire quelques filés. Je prends un malin plaisir à réaliser cet exercice, de jouer avec les couleurs, les lumières et les reflets. D'autant plus que les véhicules de cette époque ont une simplicité dans leurs lignes, elles sont pures, avec des volumes qui ressortent bien avec ce genre de lumière, contrairement aux voitures modernes, avec des formes beaucoup plus travaillées et torturées, ce qui complique la lecture.

Ce fût une très belle matinée, riche en rencontres et avec une très belle ambiance familiale. J'ai eu l'occasion de croiser notamment Camille et Guilhem, deux passionnés, qui travaillent la photographie de façons différentes. Le premier travaille autant sur de l'argentique que sur du numérique. Son approche se base sur l'interaction homme/machine, contrairement à moi, ou j'ai plus de mal à inclure l'humain dans mes photos. Comme vous pouvez le constater, un gros travail est fait sur le cadrage et

sur l'ambiance, ce qui permet de créer une atmosphère unique.

 

Si vous aimez son travail, vous pouvez en voir plus ici:

  • Instagram

Pour finir, je vous présente également le travail de Guilhem, qui nous parle un peu de lui, de sa façon de voir les choses et de son travail avec grand plaisir :

" Je suis d’abord passionné par les voitures, et les rassemblements ou roulages sont l’occasion de faire quelques photos, de sortir le sac. Mon but premier, c’est d’échanger et discuter avec d’autres bagnolards donc dans ces situations, il ne reste que très peu de temps pour la photo... Mon premier driver, c’est de poster quelques photos un peu sympa sur insta, exclusivement dédié aux voitures. C’est un super vecteur de rencontres entre petrolheads. J’ai toujours beaucoup fait de photos et suis également passionné par les appareils anciens que je collectionne  avec mon père.

 

Donc au niveau du matériel, j’utilise, depuis qu’il est sorti un mirrorless, un Fujifilm XT-2 qui est pour moi le meilleur compromis compacité/poids. Je me suis trop longtemps baladé avec un sac à dos rempli, maintenant tout doit rentrer dans une petite besace. Mon optique préféré c’est le 56mm F1.2. J’utilise aussi beaucoup le 35 mm pankake – très léger très discret - et surtout toujours en focale fixe, c’est une contrainte que j’aime.

 

Ensuite, comme je suis partisan du moindre effort – ou de l’efficacité – transfert  direct de l’appareil sur le téléphone, selec, éditing direct sur le téléphone, puis post dans la foulée sur Insta. Cela permet d’avoir rapidement des photos de qualité reflex ou mirrorless en story Insta. Insta influence la manière dont je cadre, je privilégie beaucoup plus les cadrages verticaux pour les stories, ou les posts en format carré.

 

Enfin, je n’hésite pas à faire des développements francs, ou poussés, pour faciliter la lecture des images sur mobile. Un truc qui marche bien sur Insta mais qui ne marcherait absolument pas sur papier.

 

Au plaisir de se croiser autour de bagnoles et causer photo ou appareils photos anciens, oui ça peut aussi m’arriver…"

  • Instagram